[Retroboxing] Sonic The Hedgehog 2 - Game Gear

Kilvan
Sujet lancé par Kilvan le 23/01/2019 à 18:16:42
Salut les kiki ! Aujourd’hui nous retroboxons un petit bijou des années 90, que dis-je, un bijou, une perle, un diamant, une… émeraude! Bien qu’en y réfléchissant, remis dans le contexte intime que je vais vous narrer, c’est plutôt du toc.

Début des années 90. Nuit charbon. Nuages aquarelles. Projection d’étoiles. Une nuit paisible et inquiétante, inquiétude appuyée par cette seule lueur d’une pleine lune carmin semblant absorber toute vie. Les ombres qu’elle projette sur cette forêt de bambous s’allongent aux sols tels de milliers de katanas tombés au combat. Une brise légère, le son des feuilles tentant péniblement de s’extirper de cet enfer. Quelque chose s’est passé ici même. Quelque chose se passe ici même.

Soudain, un éclat. Puis deux. Puis trois. Un envol d’alouettes se disperse. Au milieu de cette apocalypse tranquille, deux Samouraï s’affrontent. Les lames s’entrechoquent, des cannes tombent, agrandissant l’espace de ce duel. Tandis que l’un prend un appui pour s’élancer tête en avant, dos penché et lame le long de la cuisse, l’autre s’apprête à parer. Encore une fois un éclat. Les deux protagonistes sont au contact, séparés par le seul prolongement métallique et froid de leur main, le fer croisé, le regard déterminé, les dents serrées.

La victoire par l’honneur ne suffira pas, et le sang de la lune coulera, inondera cette terre. S’il n’en reste pas un debout avant le soleil levant, alors personne ne le sera.

Brrrrref, tout ça pour dire qu’au crépuscule des années Lambada, Nintendo et Sega s’allouaient à un combat plus que fratricide, pour le plus grand bonheur de nous, clients hauts comme 3 melons Yubari, mais pas aussi riches que ce que ces derniers pourraient nous rapporter.

C’était aussi l’ère des mascottes, presque un passage obligé pour toute marque qui se respecte, que ce soit le crocodile d’amstrad, le petit Bamboula, Groquick, Monsieur Malabar… et donc Mario pour Nintendo et Sonic pour Sega, évidemment.

Je ne vais pas vous faire l’affront d’un historique de ces mascottes, notamment de cette dernière puisque l’on va parler d’elle. Ben ouais, franchement si vous voulez des infos sur Sonic, les internets sont là, bien plus généreux en informations que sur un simple retroboxing d’un gars dont vous ne savez rien. Dont acte.
Et justement tiens, une fois n’est pas coutume on va parler de moi et de mon enfance passionnante, bande de veinards !

J’ai toujours été un fruit qui a poussé sur l’arbre Nintendo, pas vraiment par choix, mais par le biais de hasards, rencontres et de conséquences ; on y reviendra un jour. De fait, je possédais comme console de salon une Nintendo NES. Ce qui ne m’empêchait pas d’aller jouir de la concurrence disponible chez mes copains d’école, pas vraiment à propos de la Master System, mais plutôt de la Megadrive. Et force était de constater que la dernière de Sega en avait dans le ventre.

Le jeu qui convainc mon raisonnement était le tout premier Sonic. Pas étonnant, tandis que ma NES crachait ses poumons dès l’apparition de 3 ennemis à l’écran sur Megaman, la vitesse d’exécution de ce hérisson me laissait pantois. Et si Alex Kidd sur Master System m’avait quant à lui laissé de marbre, cette découverte fut le signe avant-coureur quant au fait qu’à un moment ou à un autre il allait me falloir une console Sega.
« Hors de question d’avoir une seconde console de salon ». Bien entendu, cette conclusion ne venait pas de moi. Alors quoi ? Alors je ravalais ma rancœur, et je jouais et finissais tous les jeux NES que je pouvais. Et puis un jour…

L’annonce de Sonic 2 ; les premières images vinrent à moi, et cette fois, le déclic : Il me le fallait. Par tous les moyens. Peu importe. Alors que faire ? Vendre la NES ? Non, je ne peux pas, si je veux la Super Nintendo, il faudra surement la sacrifier sur l’autel du portefeuille et du « Hors de question d’avoir une seconde console de salon ». Là encore, le hasard aura bien fait les choses…

Car ma sœur, imperméable à ce média, s’est soudain sentie pousser des ailes vidéoludiques en demandant la… LE Game Boy. Eurêka ! J’avais bien lu au détour d’un Console + que le jeu était aussi prévu sur la récente portable de Sega, le… LA Game Gear! Quel génie ce kiki ! Le bilan fut vite vu en accord avec moi-même et mes nombreux amis imaginaires :

« Sonic 2 en version portable, mais comme sur une console de salon ; pour des heures d’amusement à la maison, en voiture, à l’école ! Alors que ma pauvre sœur sera sur son pauvre écran monochrome et monotone, avec des jeux mal fait, pour les bébés !»

Toi, lecteur perdu qui n’a pas encore fermé cette fenêtre, déjà je me demande ce que tu fais encore là à lire de telles futilités, mais surtout, tu le sais bien hein ? Tu le sais que la totalité de ce bilan est, dans les faits, et pour rester polie, UNE ENORME CONNERIE, n’est-il point ?

Succès déverrouillé : Oui j’ai eu la Game Gear. Oui j’ai eu Sonic 2 avec. Oui oui, j’étais content. Ok je sais ce que tu te dis, lecteur : Les 6 piles nécessaires pour jouer 2h ? Oui, mais bon, c’est pas grave. Pas d’adaptateur allume cigare en voiture ? Oui, mais bon, c’est pas grave. Pas le droit d’amener ta console à l’école ? Oui, mais bon, c’est pas grave. C’est moins beau que sur une console de salon ? Oui, mais bon, c’est pas grave. Tu réaliseras plus tard en piquant la… LE Game Boy de ta sœur qu’il y avait aussi de sacrés bons jeux ? Oui, mais bon, c’est pas grave.

Ma tristesse, mon immense désillusion, ma chute, cette gifle du monde réel tiens en 2 mots : SPIN DASH.
Et c’était ça, le déclic dont je parlais plus haut. Si tout faisait que Sonic 2 allait être un foutu bon jeu, ce n’était, pour moi, pas seulement par ses graphismes ou la présence de Tails… c’était la découverte du Spin Dash.
CE PUTAIN DE SPIN DASH QUI N’A PAS ETE INCLUS DANS LA VERSION GAME GEAR.

Alors je vous raconte pas la gueule que j’ai fait quand j’ai ouvert la console, mis des piles, lancé le jeu et comme toute toute TOUTE PREMIERE ACTION appuyé sur « bas » puis la touche « 1 » (ou « 2 », je ne sais plus, de toute façon j’ai même essayé avec « start ») et que RIEN NE SE PASSE. IL EST OU MON SPIN DASH, SALETE DE HERISSON ??? REND MOI MON FRIC NONDIDJU !

Je vous jure que j’ai acheté cette console et ce jeu à 100% pour cette feature. Ils auraient pu faire danser Sonic en tutu sur le dos d’une vache en train de se faire traire par 2 gars avec des Joy Con que je m’en serais foutu, tant que je pouvais faire la grosse bouboule ! Bordel c’est pas trop demandé comme rêve de gosse, non, LA-GROSSE-BOU-BOULE ???
Nous allons d’ailleurs voir que ce ne sont pas les seules différences auxquelles je ne m’attendais pas…

La boite

Gnagnagnagna il n’y a pas d’indication d’un éventuel Spin Dash sur la boite, oui, d’accord, d’aaaccord. Il n’empêche ! Elle est comme un Big Mac dans une publicité qui passerait au mois d’Août, pile entre la météo et le Gendarme de Saint Tropez. Elle vend du rêve.

Le truc le plus flagrant est de voir Tails courir comme un dératé sans regarder la route. Il ne faut s’étonner que, distrait comme il est, il se soit fait enlever. Ha oui, car contrairement à ce que laisse penser la jaquette, on ne contrôlera pas le renard à 2 queues durant l’aventure, puisqu’il sert uniquement de scénario. Telle une princesse Peach stalkée par Bowser, ce mangeur de poules va en effet se faire kidnapper par Robotnik ; permettant à Sonic de se lancer dans une mission sauvetage des plus périlleuse. N’aurait-il pas plutôt fallu le montrer dans la capsule de Robotnik, en détresse, plutôt que laisser planer le doute en le laissant cavaler en gros, juste derrière le héros en deltaplane ?

Le deltaplane justement, parlons-en, puisqu’il est en tête d’affiche de cette opus… et on aurait pu s’en passer. Il est vrai que le point fort de ce Sonic 2 est l’apparition de nouveaux éléments de gameplay, comme le déplacement dans une bulle ou encore de la course en chariot… et donc ce deltaplane, que l’on tachera d’éviter tant le contrôle est insupportable. Pourtant, si la façon de procéder est similaire à un Mario et sa cape dans l’opus Super Nintendo, on ne peut pas dire que l’exécution en est tout aussi exemplaire, loin de là. De quoi avoir des pulsions de décapitation des Barbies de ma sœur.

Rien de particulier sinon ; un décor façon Green Hill, quelques mobs lambda, et, on l’a dit, un dr Robotnik en fond prêt à saisir sa future victime.

Sur l’arrière de la boite je comptais être plus indulgent. Pourquoi ? A cause de la jaquette de son homologue Master System :

Là au moins la vérité éclate: Pas de Tails. Le reste est plus clair : wagonnet, tuyaux et heu… parapente (sic) au lieu de deltaplane, mais bon.

Voici maintenant la version Game Gear :

Rien. Aucune info utile. Du blabla généré de façon random issu d’un catalogue de mots courants de jeu de plateforme. Reste les images, plus explicites: La première nous montre un Sonic allant bientôt mourir sur les pics à cause de ce satané deltaplane ; la 2eme un wagonnet, déjà plus vendeur ; enfin la 3eme doit surement nous vanter les différentes animations de Sonic avec ce sprite de freinage d’urgence… mais vu qu’il reste 6 secondes au compteur, j’espère qu’il est à la fin du niveau…

Mais ne soyons pas trop dur non plus, car au-delà de ces approximation, l’artwork de l’avant est quand même super joli, et l’arrière l’est tout autant avec ce décor filigrané sous les différents textes multilangue, représentant un décor de… Aerial Assault! Oui c’est une particularité un peu étrange des boites Game Gear, quand un décor est présenté à cet emplacement ce n’est pas forcément celui du jeu. Que possède Aerial Assault alors ? Sonic 2 ? Nope, il s’agit de Castle of Illusion. Et que possède donc Castle of Illusion ? Et bien… Castle of Illusion. Vous aussi, amusez-vous chez vous à deviner quel jeu est mélangé à un autre ! Youhou !

Le déballage

Une fois n’est pas coutume, c’est un déballage assez classique que nous avons là. Néanmoins, le souci du détail typique de ce genre de produit des années 90 fait toujours plaisir à voir. On y trouve bien entendu la cartouche de jeu et la notice.

Si nous allons revenir sur la notice un peu plus bas, j’attire votre attention sur la fort sympathique boite habituelle qui contient la cartouche, emballage systématique et emblématique des jeux portables, Game Gear et Game Boy en tête. Rien de foufou, j’en conviens ; mais franchement, ça donnait un cachet supplémentaire et qualitatif au produit non négligeable.

Petite cerise sur l’anneau, la cale en plastique moulée évidemment au format de la cartouche, mais aussi avec le fameux logo Sega. Le genre de détail dispensable sans déception et qui fait pourtant plaisir de par sa présence.

Enfin, la cartouche quant à elle reprend fidèlement la présentation de la boite et… heu… QUEUWA ? Que vient donc faire cet encart croisé Sonic/Tails sur le sticker ??? Après s’être fait poignardé en plein cœur, cet ajout vient en plus le remuer ! Ça n’a pas de sens !

La notice

On se trouve en face d’une notice de près de 50 pages quand même. Si vous avez lu l’(excellent) unboxing de Castlevania The New Generation, vous ne serez pas perdu, puisque ce manuel est organisé de la même façon, avec donc toutes les langues présentent sur chaque page, agrémentées de petites captures, le tout en noir et blanc. Oui, car si la couverture est en couleur (contrairement à celle de la version Master System), le contenu reste hélas monochrome.

D’ailleurs, en terme de contenu, pas de quoi être déçu. La notice est très complète, avec les bribes du scénario, les explications relatives au maniement de chaque élément, les différents panneaux et écran, ainsi qu’une introduction pour chacun des 6 niveaux.


Conclusion

Ne vous y trompez pas. Malgré l’absence de Tails, de super Sonic, de special stage ou encore du fameux Spin Dash, le jeu vaut le coup d’être fait. Il faut juste avoir conscience qu’il est fondamentalement différent de son faux jumeau sur Mega Drive (sorti peu après cet opus Game Gear, il faut le savoir), et par la même un peu différent de son soi-disant vrai jumeau Master System (ça se joue à quelques détails, mais des détails qui rendent le jeu portable un peu plus dur). Il est plutôt beau, maniable (mis de côté l’enfer du deltaplane) et les musique sans être impérissable font le job.
Finalement, au-delà la frustration personnelle, j’y ai passé d’excellents moments, qui ne furent pas les seuls sur cette machine d’ailleurs… et puis zut si on doit se passer de la bouboule par contrainte matérielle, on l’excusera bien volontiers et… pardon ? On me signale que le Spin Dash a été inclus dans Sonic Chaos sorti l’année d’après !?! MAIS QU’EST-CE QUE C’EST QUE CE FOUTAGE DE &@ù$!*£§ !!!


4 commentaires
ADMINISTRATEUR
Par Serialdealer le 23/01/2019 à 18:22:51
#1
Désolé pour toi
Merci pour ce retro boxing
Kilvan aime ça.
Par Kilvan le 23/01/2019 à 18:32:15
#2
Serialdealer a écrit:
Désolé pour toi
Merci pour ce retro boxing

Entre ça, Double Dragon et mon inscription sur Serialdealer.fr, ça en fait des traumatismes
Serialdealer, ACIDFIRE, Ombr6 aiment ça.
ADMINISTRATEUR
Par Serialdealer le 23/01/2019 à 22:37:56
#3
Kilvan aime ça.
Par Kilvan le 23/01/2019 à 22:54:40
#4
Ça fait un sacré pavé
BlaBla Jeux Video
par Caindesade Il y a 1 heure
[JV] Amazon Reconditionné
par Cherif08 Il y a 19 heures
Aujourd'hui, j'ai reçu...
par Fabien1176 Il y a 2 jours
  Deals du moment
  Dernier article
  Derniers trophées
  Suivez-nous
  Sujets forum favoris